Calcul infiltration des eaux traitées

Après l’outil de calcul de fréquence de vidange, disponible ici, voici l’outil de calcul d’infiltration d’eau traitée en sortie de Micro-station ou de filtre compact ici

 

 

Analyse de rejet de micro station SBR

Nous vous le disions précédemment, nous suivons différentes installations et plus particulièrement certaines micro stations.

Nous nous intéressons ici à la micro station d’un restaurant prêt de SAINT-LO. L’installation est dimensionnée à 12 EH (30 couverts/jours en moyenne), avec un volume tampon supplémentaire de 2700L pour palier aux banquets pouvant aller jusqu’à 80 couverts.

La micro station est une Graf Klaro Easy 12-18 Eh ( 2 * 6500L) avec volume tampon de 2700 L, procédé par boue activée de type SBR.

L’installation est analysée après 6 mois de fonctionnement (laboratoire départemental d’analyses de la Manche).

Résultats :

Boue (décanteur primaire) : < 10 cm

Chapeau de graisse (décanteur primaire) : < 5 cm

Floch bactérien du réacteur SBR : 28% (doit être compris entre 20 et 40%)

DBO5 en sortie (bac de prélèvement) : 5 mg/l (limite autorisée : 35 mg/l)

MES en sortie (bac de prélèvement) : 4 mg/l (limite autorisée : 30 mg/l)

DCO en sortie (bac de prélèvement) : <30 mg/l (aucune limite réglementaire)

Bref, ça fonctionne, et pour un restaurant les résultats sont plus que satisfaisant !

Prochaines analyses dans 6 mois !

Micro station pour Restaurant

Les micro stations d’épuration individuelles sont une bonne alternative pour le traitement des eaux usées isues d’un restaurant situé en zone d’assainissement non collectif.

Graf Klaro Easy 18 EH : rejet d'un restaurant

Le prélèvement sur rejet d’une micro station Graf Klaro easy 18 EH pour un restaurant près de Saint Lô

En effet, ces eaux, plus chargées que des effluents domestiques, doivent faire l’objet d’un traitement efficace, adapté et surtout ajusté à la charge hydraulique propre à chaque établissement. En effet, chaque restaurant travail à sa manière ! De plus, la problématique des eaux usées issues de restaurant réside dans une faible charge septique (WC), une forte concentration en graisse et un flux hydraulique important réparti sur une très courte durée ( ~ 3 heures par service).

Les filières traditionnelles ne peuvent pas garantir pleinement le traitement de ces eaux usées, contrairement aux micro stations, notamment les procédés de type SBR (boue activée, sequencing batch reactor).

Pour preuve, un prélèvement de rejet de micro station Graf klaro Easy 18 EH, avec volume tampon supplémentaire de 2700L, pour un restaurant de 30 couverts (jusqu’à 80 en pointe). Un rejet clair, propre, sans odeur !  Le floch bactérien dans le SBR est de l’ordre de 25% (max. admis = 40%). Un équilibre parfait permettant de palier tant aux sous-charges qu’aux pics d’activité !

L’impact sur l’environnement du rejet d’eaux usées de ce Restaurant est donc minime, voire quasi inexistant, grâce au traitement efficace par  micro station à boue activée SBR. Bien évidemment, de tels résultats nécessitent une parfaite maîtrise de la technologie, une bonne prescription, une parfaite conception ainsi qu’une pose irréprochable.

Mesure du Floch bactérien d'une micro station de restaurant Graf Klaro easy 18 EH = 25% (ne doit pas dépasse 40%)

Mesure du Floch bactérien d’une micro station de restaurant Graf Klaro easy 18 EH = 25% (ne doit pas dépasse 40%)

Une conception du bureau d’études AQUAsoluces, Installée par l’entreprise  Fossey Le Blond TP (membres fosse@lerte).

Odeur fosse septique

Vous rencontrez des problèmes d’odeurs nauséabondes avec votre installation d’assainissement non collectif, fosse septique, fosse toutes eaux ou Micro station? Pas de panique, il existe toujours une solution.

Généralement, les remontées d’odeurs dans les canalisations et dans l’habitation sont dues à des siphons défaillant ou tout simplement à l’absence de siphon.

Mais parfois c’est plus complexe.

Avant d’entamer des travaux, il est préférable d’être certain du chemin utilisé par ces gaz nauséabonds.

Le premier test à effectuer est le test par fumigène. Peu coûteux, et effectué par une société spécialisée, ce test permet de suivre le chemin de ces gaz à l’aide d’une fumée colorée non toxique.

Il est assez simple ensuite de procéder aux opérations réparatrices.

La SARL AQUAsoluces procède à ce genre de test.

Quand vidanger sa fosse septique ?

Quand vidanger sa fosse septique, sa fosse toutes eaux ou sa micro-station ?

Voici un moyen de calculer très rapidement, en quelques clics seulement, la fréquence de vidange de votre installation d’assainissement non collectif.

Ces données sont estimatives et indicatives. Elles ne peuvent en aucun cas se substituer à une mesure de boue in situe. Toutefois, et selon notre expérience et nos comparaisons sur le terrain, les valeurs communiquées sont relativement proches de la réalité.

Cet outil est d’ailleurs déjà utilisé par de nombreux SPANC et bureau d’études.

Remontées d’odeur, spécifique aux Micros-stations ?

Il est indéniable, des cas de remontées d’odeurs sur des installations de Micro-station sont recensés, et ce, sur tous modèles et toutes marques confondus. En effet les grands fabricants tels que Bionest, Eloy, Graf, Phytoplus, Tricel, avec des stations pourtant très performantes, sont aussi concernés par ces problèmes.

Les fabricants ne sont donc pas en cause, ni leur produit, ni les procédés (culture fixée, boue activée, SBR).

Mais alors pourquoi ces problèmes n’apparaissent qu’avec les Micro-station?

L’explication reste assez simple, la plupart de ces stations d’épuration envoient de l’air comprimé dans une cuve. On considère alors que la cuve est « gonflée » avec une légère pression positive.

Les gazs ainsi insufflés cherchent à sortir de cette cuve. Il existe alors plusieurs chemin possibles. Le chemin adéquat est la ventilation secondaire de la station. Mais il arrive parfois que ces gaz s’aventurent dans d’autres conduites telles que les fourreaux de câblages électrique( s’il y en a), les fourreaux de conduite d’air comprimé (s’il yen a) et la canalisation d’arrivée d’eaux usées…menant tout droit dans la maison.

C’est ce dernier cas qui peut poser le plus de problèmes, avec des remontées d’odeur dans la maison. Normalement, si la plomberie interne de la maison est bien équipée de siphons efficaces, les gazs ne peuvent pas remonter. Mais dans la réalité il en est tout autrement, surtout en réhabilitation.

Alors que faire ?

Un siphon de lavabo

1. Si les problèmes sont situés à l’intérieur de l’habitation :

Il faut vérifier le réseau de plomberie des eaux usées et vérifier la présence de siphons efficaces.  Le rôle du siphon étant d’éviter les remontées d’odeur.

Si vous n’arrivez pas à élucider le mystère de vos remontées d’odeur dans la maison, il existe une  solution de réparation parfaitement conforme à la réglementation et qui s’installe dans la Micro station sur le tuyau d’arrivée des eaux usées. Cette solution, en cours de brevet, est simple, radicalement efficace, peu couteuse et durable car sans entretien !

Ce procédé piège les gazs dans le décanteur de la micro-station, les empêchent de remonter dans la canalisation et les force à suivre la ventilation secondaire.

Ce procédé à fait ses preuves sur tous les sites ou il a été installé avec, dans tous les cas, 100% de réussite !

Contactez la société AQUAsoluces pour plus de renseignements : info@aquasoluces.fr  .

2. Si les problèmes sont situés à l’extérieur :Extracteur

Il faut vérifier la présence d’une ventilation secondaire efficace et placée suffisamment haute pour éviter les retombées.

Obstruer tous les chemins possibles pour les gazs (gaines et fourreaux pour le passages des conduites d’air comprimé, de câble électrique, etc…)

Les stations étant « gonflées », pas l’envoi d’air comprimé, il faut forcer les gazs à emprunter l’unique chemin de la ventilation secondaire.

Quand vidanger sa fosse septique ?

Quand vidanger sa fosse septique, fosse toutes eaux ou micro-station d’épuration ?

Tout dispositif d’Assainissement Non Collectif nécessite un minimum d’entretien pour garantir son bon fonctionnement.

L’entretien le plus important reste très certainement la vidange des fosses septiques, fosses toutes eaux ou des décanteurs (micro station). Leur rôle étant de séparer les solides et les flottants (graisses) et de minéraliser la matière organique.

Ainsi, inévitablement, il se créé, dans les fosses septiques, fosses toutes eaux et décanteurs, des boues, qui précipitent au fond, et une couche de flottants en surface.

Ces matières doivent être absolument éliminées au bout d’un certain temps, notamment lorsque le niveau des boues atteint 50% du volume de la fosse septique ou fosse toutes eaux, contre 30% pour les micro stations. La vidange « à temps » permet d’éviter toute décharge de boue ou de graisse dans le système situé en aval, et de ce fait permet de garantir la longévité de votre dispositif d’assainissement autonome.

La périodicité de vidange de votre installation est essentiellement déterminée selon l’usage que vous en faites, et plus précisément en fonction du nombre réel d’usager.

Un outil en ligne, gratuit sur internet, permet d’estimer rapidement, en quelques click, la périodicité de vidange de son installation : http://www.fossealerte.fr/vidangeur/simulateur_vidange/index.php

De plus, ce service permet de commander une vidange directement sur Internet, avec un tarif affiché instantanément, sans surprise  : www.fossealerte.fr/vidangeur

 

 

 

La réglementation des micro-stations

La réglementation concernant les micro-stations d’épuration.

On s’intéresse ici aux micro-stations d’épuration individuelles autonomes de charge de pollution à traiter inférieure ou égale à 20 eh (Équivalent Habitant). Rappelons que le nombre d’équivalent habitant est égale au nombre de pièces principales du bâtiment, soit généralement le nombre de chambre + 2.

Assainissement aux normes

Assainissement aux normes

  1. Le premier texte régissant l’Assainissement Non Collectif correspond à l’arrêté du 07/09/09, modifié par l’arrêté du 07/03/12, fixant les prescriptions techniques applicables aux installations d’assainissement non collectif recevant une charge brute de  pollution organique inférieure ou égale à 1,2 kg/j de DBO5. Ce texte précise, dans son article n°7, que les micro stations sont soumises à un agrément ministériel.

  2. Le DTU 64.1 est la norme encadrant la définition, le dimensionnement et la mise en œuvre des dispositifs d’assainissement non collectif. Ce Document Technique Unifié (DTU) est disponible auprès de l’AFNOR.
  3. Les consignes de pose et d’entretien définies par le fabriquant sont à respecter scrupuleusement.
  4. La consultation des arrêtés locaux est indispensable avant la l’installation d’une micro station d’épuration, notamment concernant le type de rejet à mette en place (infiltration, rejet au fossé, rejet à la mare…). Les document tels que les règlements des SPANC, les SDAGE (schéma directeur d’aménagement et de gestion des eaux), les SAGE ( schéma d’aménagement et de gestion des eaux ) et les arrêtés de périmètres de protection AEP (alimentation en eau potable) imposent certaines règles.

Un bureau d’études spécialisé en assainissement non collectif pourra vous renseigner précisément sur vos obligations.

Qu’est ce qu’une micro station ?

Une micro station d’épuration est un procédé compact traitant l’ensemble des eaux usées domestiques issues de votre habitation située en zone d’Assainissement Non Collectif. Généralement constituée d’une ou deux cuves, elle présente l’avantage d’occuper très peu de place, moins de 10m² pour certains modèles. De plus, ce procédé épuratoire, des plus efficaces, permet de contrôler à tout moment la qualité des effluents traités avant de les restituer au milieu naturel.

Le fonctionnement des micro stations reprend les 4 étapes fondamentales de l’assainissement :

  1. La collecte (réseau de tuyau + regard).

    Micro station 6 EH Graf Klaro Quick

    Une micro station d’épuration individuelle autonome 6 eh à boue activée

  2. Le prétraitement : assuré par la fosse septique, fosse toutes eaux ou le décanteur primaire. Les graisses et les boues sont séparées et retenues. L’action de bactéries anaérobies ( sans air ) provoque une fermentation avec un abattement de la pollution de l’ordre de 30%.
  3. Le traitement : assuré par les tranchées d’épandage, filtre à sable, micro-station (réacteur biologique) … Une culture de bactéries aérobies.
  4. L’évacuation : infiltration dans le sol en place, rejet au fossé, mare etc. … Les rejets au fossé sont soumis à une demande d’autorisation du propriétaire et gestionnaire de l’exutoire. Cette autorisation est délivrée sous réserve de démontrer qu’aucune autre solution n’est possible. Une étude de sol réalisée par un bureau d’études spécialisé en Assainissement permet d’obtenir ce type d’autorisation ou de trouver une alternative.

Le dimensionnement des micro stations est effectué selon le nombre d’équivalents habitants (EH) qui correspond au nombre de pièces principales du bâtiment. Il existe des micro stations 1 eh, 2 eh, 3 eh, 4 eh, 5 eh, 6 eh, 7 eh, 8 eh, 9 eh, 10 eh, 11 eh, 12 eh, 13 eh, 14 eh, 15 eh, 16 eh, 17 eh, 18 eh, 19 eh, 20 eh.

Il existe une cinquantaine de modèles agréés. Le modèles les plus performants, robustes, durables et nécessitant le moins d’entretien restent Grak Klaro, Phytoplus SBR, Bionest, Tricel, ATB, NDG et Epur Biofrance.

Toutefois, toutes les micro stations d’épuration, et autres filières compactes, sont soumises à un agrément ministériel.

Micro-station : étude de sol obligatoire ?

Les filières d’assainissement classiques traitent les eaux usées à l’aide du sol en place ou reconstitué. L’étude de sol s’impose alors afin de vérifier l’ aptitude du sol au traitement. Pour le particulier, cette étude est demandée par la plupart des Spanc. Quant aux professionnels (restaurants, camping, gîte) la loi l’impose. Mais qu’en est il pour les micro stations d’épuration ?

L’étude de sol (appelée aussi étude de définition de filière) a pour but de définir la solution de traitement des eaux usées la mieux adaptée. Elle s’intéresse aux caractéristiques du bâtiment, aux contraintes de la parcelle (niveau, topographie), à l’environnement, à la nature du sol (texture, perméabilité) et au cadre réglementaire.

Un test d'infiltration à l'aide d'un infiltromètre à niveau constant

Un test d’infiltration à l’aide d’un infiltromètre à niveau constant

Elle place ainsi sur la parcelle les différents organes du procédé et fournit des plans et des coupes détaillés. Cette étude permet à l’utilisateur final et à l’installateur d’avoir une idée précise du fonctionnement de la filière, de sa mise en œuvre et de son entretien.

Le rejet au fossé des micro-stations est très clairement encadré, soumis à conditions et à une demande d’autorisation. L’étude de sol permet d’obtenir ces autorisations en démontrant qu’aucune autre solution n’est envisageable.

Cette étude est donc vivement conseillée, même dans le cas de l’installation d’une micro-station. En effet, celle-ci vous évitera toute mauvaise surprise d’ordre réglementaire ou technique. Certains bureaux d’études se sont spécialisés dans ces nouvelles solutions de traitement des eaux usées.

De plus, cette étude reste imposée par de nombreux SPANC, même pour les micro-stations ! Dans tous les cas, contactez votre SPANC.

Vous recherchez un bureau d’études pour une étude de sol ?