Micro-stations d’épuration : filtre compact, l’alternative

Tout le monde le sait, les micro-stations d’épuration ne sont pas compatibles avec un usage intermittent, comme en résidence secondaire par exemple. En effet, pour maintenir un bon équilibre et surtout une flore bactérienne active, les micro stations ont besoin d’un apport d’effluent régulier, chargé en matières organiques. Ces stations tolèrent toutefois une phase d’absence exceptionnelle pouvant aller jusqu’à 2 mois d’inactivité (congés, vacances).

Mais que prescrire pour les résidences secondaires lorsque la place est insuffisante ? Quelle solution allie à la fois faible emprise au sol, performance et compatibilité résidence secondaire ?

Il faut alors se tourner vers les filtres compactes pour assainissement non collectif. Il y a cependant « filtre compacte » et « filtre compacte »….

Le principe d’un filtre compacte est simple. Tout d’abords la filière est classiquement composée d’un décanteur primaire (ou fosse toutes eaux) chargé de séparer boues, solides et flottants. L’eau ainsi pré-traitées est dirigée vers un massif filtrant, naturellement aéré et où se développe une flore bactérienne. Les effluents traversent ce massif et sont ensuite collectés en sortie basse.

Le gros avantage de ce type de procédé réside dans l’absence de consommation électrique (hors relève).

Purotek cocolit

Purotek cocolit 5 eh par Aquasoluces et Fossey Le Blond TP

Nous prendrons ici l’exemple du Cocolit ( il en existe d’autres : premier Tech, APC Premier Tech Aqua Purflo, eloy X-Perco…), le Premier e Tech nologie qui présente une intégration paysagère exceptionnelle et des performances épuratoires remarquables dues à l’alimentation du filtre sous pression. La totalité du filtre est ainsi parfaitement et uniformément ‘arrosée’. De plus, le massif  à l’air libre garantit une parfaite aération du coco, même en profondeur, contrairement aux autres procédés enterrés dans des cuves. Il n’existe donc aucun risque d’odeur sur le filtre qui reste pleinement ventilé.

Ce nouveau dispositif exclusif et original et équipé d’un coffret de commande alertant des éventuelles anomalies (niveau haut, panne, etc). La consommation électrique correspond seulement au fonctionnement du poste de relevage, soit 9 secondes toute les 20 minutes, soit ~5€/an.

Quant à l’entretien, il reste le même que pour les filières classiques et réside essentiellement dans la vidange, à temps, de la fosse toutes eaux.

Bref tout est dit, une solution performante, sans risque et facile à intégrer, même dans le plus petit des espaces !

Pour plus de renseignements, notamment techniques, vous pouvez, pour les départements 50 Manche-14 Calvados et 61 Orne (exclusivité Basse Normandie), vous rapprocher du bureau d’études AQUAsoluces  (études de sol et de définition de filières) et de la SARL Fossey Le Blond TP (pose et entretien d’assainissement non collectif) pour la pose, ou passer par le réseau Fosse@lerte pour tous les autres département de la France métropolitaine.

Documents techniques :

COCOLIT_FR_flyer

COCOLIT_Introduction_2015

 

Qu’est ce qu’une micro station ?

Une micro station d’épuration est un procédé compact traitant l’ensemble des eaux usées domestiques issues de votre habitation située en zone d’Assainissement Non Collectif. Généralement constituée d’une ou deux cuves, elle présente l’avantage d’occuper très peu de place, moins de 10m² pour certains modèles. De plus, ce procédé épuratoire, des plus efficaces, permet de contrôler à tout moment la qualité des effluents traités avant de les restituer au milieu naturel.

Le fonctionnement des micro stations reprend les 4 étapes fondamentales de l’assainissement :

  1. La collecte (réseau de tuyau + regard).

    Micro station 6 EH Graf Klaro Quick

    Une micro station d’épuration individuelle autonome 6 eh à boue activée

  2. Le prétraitement : assuré par la fosse septique, fosse toutes eaux ou le décanteur primaire. Les graisses et les boues sont séparées et retenues. L’action de bactéries anaérobies ( sans air ) provoque une fermentation avec un abattement de la pollution de l’ordre de 30%.
  3. Le traitement : assuré par les tranchées d’épandage, filtre à sable, micro-station (réacteur biologique) … Une culture de bactéries aérobies.
  4. L’évacuation : infiltration dans le sol en place, rejet au fossé, mare etc. … Les rejets au fossé sont soumis à une demande d’autorisation du propriétaire et gestionnaire de l’exutoire. Cette autorisation est délivrée sous réserve de démontrer qu’aucune autre solution n’est possible. Une étude de sol réalisée par un bureau d’études spécialisé en Assainissement permet d’obtenir ce type d’autorisation ou de trouver une alternative.

Le dimensionnement des micro stations est effectué selon le nombre d’équivalents habitants (EH) qui correspond au nombre de pièces principales du bâtiment. Il existe des micro stations 1 eh, 2 eh, 3 eh, 4 eh, 5 eh, 6 eh, 7 eh, 8 eh, 9 eh, 10 eh, 11 eh, 12 eh, 13 eh, 14 eh, 15 eh, 16 eh, 17 eh, 18 eh, 19 eh, 20 eh.

Il existe une cinquantaine de modèles agréés. Le modèles les plus performants, robustes, durables et nécessitant le moins d’entretien restent Grak Klaro, Phytoplus SBR, Bionest, Tricel, ATB, NDG et Epur Biofrance.

Toutefois, toutes les micro stations d’épuration, et autres filières compactes, sont soumises à un agrément ministériel.

Micro-station : étude de sol obligatoire ?

Les filières d’assainissement classiques traitent les eaux usées à l’aide du sol en place ou reconstitué. L’étude de sol s’impose alors afin de vérifier l’ aptitude du sol au traitement. Pour le particulier, cette étude est demandée par la plupart des Spanc. Quant aux professionnels (restaurants, camping, gîte) la loi l’impose. Mais qu’en est il pour les micro stations d’épuration ?

L’étude de sol (appelée aussi étude de définition de filière) a pour but de définir la solution de traitement des eaux usées la mieux adaptée. Elle s’intéresse aux caractéristiques du bâtiment, aux contraintes de la parcelle (niveau, topographie), à l’environnement, à la nature du sol (texture, perméabilité) et au cadre réglementaire.

Un test d'infiltration à l'aide d'un infiltromètre à niveau constant

Un test d’infiltration à l’aide d’un infiltromètre à niveau constant

Elle place ainsi sur la parcelle les différents organes du procédé et fournit des plans et des coupes détaillés. Cette étude permet à l’utilisateur final et à l’installateur d’avoir une idée précise du fonctionnement de la filière, de sa mise en œuvre et de son entretien.

Le rejet au fossé des micro-stations est très clairement encadré, soumis à conditions et à une demande d’autorisation. L’étude de sol permet d’obtenir ces autorisations en démontrant qu’aucune autre solution n’est envisageable.

Cette étude est donc vivement conseillée, même dans le cas de l’installation d’une micro-station. En effet, celle-ci vous évitera toute mauvaise surprise d’ordre réglementaire ou technique. Certains bureaux d’études se sont spécialisés dans ces nouvelles solutions de traitement des eaux usées.

De plus, cette étude reste imposée par de nombreux SPANC, même pour les micro-stations ! Dans tous les cas, contactez votre SPANC.

Vous recherchez un bureau d’études pour une étude de sol ?