La qualité de rejet des micro-stations d’épuration

Sujet très à la mode en ce moment, sujet qui fâche, sujet de nombreuses discordes.

Comment fonctionnent les micro stations et sont-elles réellement plus performantes que les solutions classiques d’assainissement telles que les fosses toutes-eaux avec tranchées d’épandage.

Une chose est sure, les micro stations d’épuration sont plus cher à l’achat et à la pose, comparées à une fosse toutes eaux classique avec tranchées d’épandage.

Concernant l’entretien, il reste sensiblement égal, avec certes une vidange légèrement plus fréquente pour la micro station. A comparaison, une fosse toutes eaux sera vidangée à 4 ans contre 3 ans pour un bon modèle de micro station, bien dimensionné et parfaitement adapté au projet. Il reste quelques charges d’entretien pour la micro station, de l’ordre de 150€ / an (électricité comprise), inexistantes pour le modèle fosse toutes eaux + tranchées d’épandage.

Ces données dépendent évidemment du choix de station. Il existe en effet sur le marché un bon nombre de modèles aux caractéristiques et performances plus ou moins bonnes.

L’avantage d’une micro-station, notamment du procédé boue activée SBR (sequencing batch hreactor), réside dans le fait qu’il existe un réel temps de traitement et qu’il reste possible, dans certains cas, d’adapter le traitement au débit hydraulique et à  la charge réelle de pollution à traiter. Une avancée technologique incontestable. Autrement dit, ces micro stations peuvent être ajustées à votre vie et à votre usage de l’eau. De plus, il est facile d’observer et d’analyser le rejet pour ajuster le traitement à des valeurs optimales.

Bref, une réponse en image avec un exemple extrême d’une micro station, pour un restaurant, implantée dans seulement 25 m². Ce Restaurant, situé près de Saint Lô, travail 6 jours / 7, avec des pics le week end à 75 couverts le samedi soir et 75 couverts le dimanche midi. Le résultat du prélèvement, après 6 mois d’activité, est sans appel : CA FONCTIONNE  ! :

– mesure du floch bactérien du réacteur SBR (éprouvette graduée à gauche de la photo), la valeur après 20 minutes de décantation devant se située entre 20 et 40%. ici elle est de 28%

.IMG_20150319_141335

-prélèvement sur rejet en sortie de station : prélèvement transparent, inodore (bidon à droite de la photo) : analyse en cours au laboratoire départemental d’analyses ( conseil général de la Manche) pour les paramètres réglementaires de DBO5, DCO et MES. Les données seront communiquées sous 15 jours.

 

Micro station d’épuration 65 EH pour restaurant

Le traitement des eaux usées domestiques, ainsi que leur évacuation, et parfois, voire souvent problématique.

Alors imaginez ce qu’il en est pour l’assainissement des eaux usées d’un restaurant, d’environ 150 couverts / jour, d’un parc zoologique (zoo de Jurques)…avec des contraintes de place, très faible place, et de rejet. En effet le rejet doit être effectué dans la mare des flamants roses. Sans compter que l’on sait que le débit hydraulique d’une telle infrastructure est réparti sur 3 heures seulement…

Les micro stations d’épuration sont réellement une alternative et l’unique réponse tant en terme de place, de performances et de coût. A condition toutefois de bien définir le projet, de considérer tous les paramètres et de bien choisir les matériaux et procédés. C’est le but de l’étude de sol et de définition de filière telle assurée par AQUAsoluces.

Bons procédés? Bons matériaux? mais surtout parfaitement dimensionnés et adaptés à l’installation afin de couvrir d’éventuelles sous charges ou sur charges. C’est aussi le rôle du bureau d’études AQUAsoluces  qui a choisi un procédé SBR de chez GRAF avec la micro station Klaro XXL 65 EH, réalisée spécialement sur mesures en Allemagne en deux cuves de 16 000 L chacune (contre habituellement 4* 8500 L).

A cela ajoutez une pose parfaite par une entreprise spécialisée en assainissement non collectif, qualifiée, expérimentée…ça c’est la SARL Fossey Le Blond TP !

Le tout donne 150couverts / jours parfaitement traités avec une emprise au sol de seulement 40 m².

Prochainement des photos de l’installation et des rejets.

Micro station pour Restaurant

Les micro stations d’épuration individuelles sont une bonne alternative pour le traitement des eaux usées isues d’un restaurant situé en zone d’assainissement non collectif.

Graf Klaro Easy 18 EH : rejet d'un restaurant

Le prélèvement sur rejet d’une micro station Graf Klaro easy 18 EH pour un restaurant près de Saint Lô

En effet, ces eaux, plus chargées que des effluents domestiques, doivent faire l’objet d’un traitement efficace, adapté et surtout ajusté à la charge hydraulique propre à chaque établissement. En effet, chaque restaurant travail à sa manière ! De plus, la problématique des eaux usées issues de restaurant réside dans une faible charge septique (WC), une forte concentration en graisse et un flux hydraulique important réparti sur une très courte durée ( ~ 3 heures par service).

Les filières traditionnelles ne peuvent pas garantir pleinement le traitement de ces eaux usées, contrairement aux micro stations, notamment les procédés de type SBR (boue activée, sequencing batch reactor).

Pour preuve, un prélèvement de rejet de micro station Graf klaro Easy 18 EH, avec volume tampon supplémentaire de 2700L, pour un restaurant de 30 couverts (jusqu’à 80 en pointe). Un rejet clair, propre, sans odeur !  Le floch bactérien dans le SBR est de l’ordre de 25% (max. admis = 40%). Un équilibre parfait permettant de palier tant aux sous-charges qu’aux pics d’activité !

L’impact sur l’environnement du rejet d’eaux usées de ce Restaurant est donc minime, voire quasi inexistant, grâce au traitement efficace par  micro station à boue activée SBR. Bien évidemment, de tels résultats nécessitent une parfaite maîtrise de la technologie, une bonne prescription, une parfaite conception ainsi qu’une pose irréprochable.

Mesure du Floch bactérien d'une micro station de restaurant Graf Klaro easy 18 EH = 25% (ne doit pas dépasse 40%)

Mesure du Floch bactérien d’une micro station de restaurant Graf Klaro easy 18 EH = 25% (ne doit pas dépasse 40%)

Une conception du bureau d’études AQUAsoluces, Installée par l’entreprise  Fossey Le Blond TP (membres fosse@lerte).

Boue activée peu performantes ?

Flockage

Mesure Floch bactérien

Les micro stations à boue activée auraient mauvaise réputation, avec notamment des performances épuratoires remises en cause. Certains les qualifient même d’inadaptée…

Après avoir suivi et testé des micro stations à culture fixée (modèle Bionest PE5), avec des résultats plus que satisfaisant, AQUAsoluces, Fossey Le Blond TP et Fosse@lerte mènent l’enquête…

Des observations et prélèvements sur rejet vont alors être effectués sur une micro station d’épuration à boue activée de technologie SBR *. Le modèle choisi est une station Graf Klaro Quick 6 EH. Ce modèle a parfois mauvaise réputation sur internet. Alors, réalité ou jalousie de concurrents détracteurs ?

Nous retenons une station installée début février 2014 à PONT-HEBERT (50880). Celle-ci est utilisée par 4 personnes.

Nous contrôlons dans un premier temps l’efficacité de la ventilation secondaire à l’aide d’un test aux fumigènes. Et c’est…OK ! La ventilation secondaire est efficace et joue pleinement son rôle d’extraction des gaz.

Seconde étape : vérifier la présence d’une flore bactérienne en quantité adaptée (inférieure à 40%) dans le réacteur biologique. On observe ici un floch bactérien de l’ordre de 12% (précipité au fond de l’éprouvette voir photo).

Et si on jetait un œil sur ce qui sort de cette station ? Le rejet est clair, sans odeur. Une analyse sera prochainement effectuée par le laboratoire départemental de la Manche. =>Vidéo : le rejet

En conclusion : ce modèle de station à boue activée SBR (Graf Klaro Quick 6EH) semble parfaitement fonctionner. L’équilibre bactérien semble s’être développé en moins de 6 mois.  Mais pour en arriver là, encore faut il qu’elle soit bien posée, bien paramétrée et correctement utilisée. Bref, une affaire de professionnels !

En effet, le fonctionnement des micro stations et leur pose peuvent paraître simple, avec un business alléchant pour certain, il n’en reste pas moins que ces nouvelles technologies demandent un réel savoir faire, tant en matière de conception, prescription, pose et entretien.

Les sociétés AQUAsoluces et Fossey Le Blond TP (partenaires fosse@lerte ) se sont formées à la prescription, à la pose et à l’entretien des micro stations d’épuration en Basse Normandie (Manche Clavados orne), tous modèles et fabricants confondus !

Affaire à suivre !

système SBR

système SBR

* Sequencing Batch Reactor : le temps de traitement est maîtrisé et ne dépend pas du flux hydraulique entrant. En effet, dans les autres procédés non-SBR, tout comme dans les fosses septiques ou fosses toutes eaux, le flux entrant est égal au flux sortant. Le temps de traitement ou de pré-traitement ne peut être garantit. Avec le système SBR, un volume tampon permet de stocker les effluents et de répartir leur traitement sur la journée…ou plus selon les activités (restauration, discothèque, entreprise…).

AGNES Ludovic

Odeur fosse septique

Vous rencontrez des problèmes d’odeurs nauséabondes avec votre installation d’assainissement non collectif, fosse septique, fosse toutes eaux ou Micro station? Pas de panique, il existe toujours une solution.

Généralement, les remontées d’odeurs dans les canalisations et dans l’habitation sont dues à des siphons défaillant ou tout simplement à l’absence de siphon.

Mais parfois c’est plus complexe.

Avant d’entamer des travaux, il est préférable d’être certain du chemin utilisé par ces gaz nauséabonds.

Le premier test à effectuer est le test par fumigène. Peu coûteux, et effectué par une société spécialisée, ce test permet de suivre le chemin de ces gaz à l’aide d’une fumée colorée non toxique.

Il est assez simple ensuite de procéder aux opérations réparatrices.

La SARL AQUAsoluces procède à ce genre de test.

Quand vidanger sa fosse septique ?

Quand vidanger sa fosse septique, sa fosse toutes eaux ou sa micro-station ?

Voici un moyen de calculer très rapidement, en quelques clics seulement, la fréquence de vidange de votre installation d’assainissement non collectif.

Ces données sont estimatives et indicatives. Elles ne peuvent en aucun cas se substituer à une mesure de boue in situe. Toutefois, et selon notre expérience et nos comparaisons sur le terrain, les valeurs communiquées sont relativement proches de la réalité.

Cet outil est d’ailleurs déjà utilisé par de nombreux SPANC et bureau d’études.

Remontées d’odeur, spécifique aux Micros-stations ?

Il est indéniable, des cas de remontées d’odeurs sur des installations de Micro-station sont recensés, et ce, sur tous modèles et toutes marques confondus. En effet les grands fabricants tels que Bionest, Eloy, Graf, Phytoplus, Tricel, avec des stations pourtant très performantes, sont aussi concernés par ces problèmes.

Les fabricants ne sont donc pas en cause, ni leur produit, ni les procédés (culture fixée, boue activée, SBR).

Mais alors pourquoi ces problèmes n’apparaissent qu’avec les Micro-station?

L’explication reste assez simple, la plupart de ces stations d’épuration envoient de l’air comprimé dans une cuve. On considère alors que la cuve est « gonflée » avec une légère pression positive.

Les gazs ainsi insufflés cherchent à sortir de cette cuve. Il existe alors plusieurs chemin possibles. Le chemin adéquat est la ventilation secondaire de la station. Mais il arrive parfois que ces gaz s’aventurent dans d’autres conduites telles que les fourreaux de câblages électrique( s’il y en a), les fourreaux de conduite d’air comprimé (s’il yen a) et la canalisation d’arrivée d’eaux usées…menant tout droit dans la maison.

C’est ce dernier cas qui peut poser le plus de problèmes, avec des remontées d’odeur dans la maison. Normalement, si la plomberie interne de la maison est bien équipée de siphons efficaces, les gazs ne peuvent pas remonter. Mais dans la réalité il en est tout autrement, surtout en réhabilitation.

Alors que faire ?

Un siphon de lavabo

1. Si les problèmes sont situés à l’intérieur de l’habitation :

Il faut vérifier le réseau de plomberie des eaux usées et vérifier la présence de siphons efficaces.  Le rôle du siphon étant d’éviter les remontées d’odeur.

Si vous n’arrivez pas à élucider le mystère de vos remontées d’odeur dans la maison, il existe une  solution de réparation parfaitement conforme à la réglementation et qui s’installe dans la Micro station sur le tuyau d’arrivée des eaux usées. Cette solution, en cours de brevet, est simple, radicalement efficace, peu couteuse et durable car sans entretien !

Ce procédé piège les gazs dans le décanteur de la micro-station, les empêchent de remonter dans la canalisation et les force à suivre la ventilation secondaire.

Ce procédé à fait ses preuves sur tous les sites ou il a été installé avec, dans tous les cas, 100% de réussite !

Contactez la société AQUAsoluces pour plus de renseignements : info@aquasoluces.fr  .

2. Si les problèmes sont situés à l’extérieur :Extracteur

Il faut vérifier la présence d’une ventilation secondaire efficace et placée suffisamment haute pour éviter les retombées.

Obstruer tous les chemins possibles pour les gazs (gaines et fourreaux pour le passages des conduites d’air comprimé, de câble électrique, etc…)

Les stations étant « gonflées », pas l’envoi d’air comprimé, il faut forcer les gazs à emprunter l’unique chemin de la ventilation secondaire.

Quel délai pour mise aux normes ?

Quel est le délai pour la mise en conformité d’un assainissement non collectif de type fosse septique ?

L’arrêté du 27 avril 2012  définit précisément les délais accordés pour la réhabilitation des installations jugées non conformes selon différents cas. Cet arrêté est appliqué par tous les SPANC.

Mise aux normes des fosses septiques

Dans tous les cas, on retiendra qu’une installation  doit être conforme à la réglementation au plus tard 1 an après la vente du bien immobilier concerné.

Pour les autres cas, il est généralement souhaitable de réaliser les travaux sous 4 ans, sauf s’il n’existe aucun dispositif d’assainissement. Dans ce dernier cas, l’usager est mis en demeure et les travaux doivent être réalisés au plus vite.

 

 

 

 

Fosses septiques, ça devient compliqué !

Les fosses septiques, les fosses toutes eaux  ou les micro stations, ça devient compliqué !

Et oui, on parle bien de fosse septique et de traitement des eaux usées ! Un procédé qui parait simple  de fonctionnement mais qui, sur le papier, devient bien compliqué !

Certains dirons que c’est relativement simple. Certainement pour des professionnels ou des personnes initiées. Mais les textes sont nombreux, longs et pas forcément faciles à interpréter.

Entre la loi sur l’eau, l’arrêté prescriptions techniques, le DTU 64.1… et tous ces termes barbares : Equivalent Habitants (eh), eaux vannes, eaux grises, ventilation secondaire, extracteur, perméabilité…Mais de quoi parle t-on?

Et oui, on parle bien de fosse septique et de traitement des eaux usées !

D’autan plus que tout le monde n’est pas logé à la même enseigne. En effet, les obligations ne sont pas forcément les même pour un habitat ancien ou pour une construction neuve. Sans compter les règlements des SPANC et leur mode de fonctionnement qui diffèrent pour chaque collectivité.

 

 

Qu’est ce qu’une fosse septique ?

Qu’est ce qu’une fosse septique ou fosse toutes eaux ?

Les fosses toutes eaux et fosse septiques sont définies par l’arrêté 07/09/09, modifié le 07/03/12 , fixant les prescriptions techniques applicables aux installations d’assainissement non collectif recevant une charge brute de pollution organique inférieure ou égale à 1,2 kg/j de DBO5.

Fosse toutes eaux et fosse septique :

Une fosse toutes eaux est un dispositif destiné à la collecte, à la liquéfaction partielle des matières polluantes contenues dans les eaux usées et à la rétention des matières solides et des déchets flottants. Elle reçoit l’ensemble des eaux usées domestiques.

Elle doit être conçue de manière à éviter les cheminements directs entre les dispositifs d’entrée et de sortie ainsi que la remise en suspension et l’entraînement des matières sédimentées et des matières flottantes, pour lesquelles un volume suffisant est réservé.

La hauteur utile d’eau ne doit pas être inférieure à 1 mètre. Elle doit être suffisante pour permettre la présence d’une zone de liquide au sein de laquelle se trouve le dispositif de sortie des eaux usées traitées.

Le volume utile des fosses toutes eaux, volume offert au liquide et à l’accumulation des boues, mesuré entre le fond du dispositif et le niveau inférieur de l’orifice de sortie du liquide, doit être au moins égal à 3 mètres cubes pour des immeubles à usage d’habitation comprenant jusqu’à cinq pièces principales. Pour des logements plus importants, il doit être augmenté d’au moins un mètre cube par pièce supplémentaire.

Les fosses toutes eaux doivent être pourvues d’une ventilation constituée d’une entrée d’air et d’une sortie d’air, située en hauteur de sorte à assurer l’évacuation des odeurs, d’un diamètre d’au moins 100 millimètres.

Le volume utile des fosses septiques réservées aux seules eaux-vannes doit être au moins égal à la moitié des volumes minimaux retenus pour les fosses toutes eaux.